Super TrackDay
RETOUR

Circuit d'Albi... Suite !

Le 16 juillet dernier, l’association du circuit automobile d’Albi a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce en raison d’un déficit croissant. La ville d'Albi, propriétaire du circuit, a décidé lors du conseil municipal du 29 septembre 2014 de mettre en place une délégation de service public (DSP) afin de garantir le maintien de son activité.

La DSP prévoit les conditions dans lesquelles le futur gestionnaire du circuit mettra à disposition des associations sportives affiliées aux fédérations françaises de sport mécanique le circuit et ses installations. À Albi, il s’agit du Moto-club du circuit (MCCA) et de l’Association sportive automobile (ASA). La DSP obligera notamment le délégataire à réserver un certain nombre de journées dédiées aux activités sportives de compétition ou non : Grand Prix, Superbike, journées portes ouvertes, etc. Il aura également à fournir aux associations des prestations techniques comme le faisait jusqu’à présent le comité de gestion du circuit. Il assurera, par exemple, toute la partie logistique ainsi que l’intervention des bénévoles de piste comme les commissaires.

Il ne s'agit nullement d'une spécificité albigeoise, puisque la plupart des circuits automobiles français fonctionnent sur ce principe. La DSP permet notamment au délégataire de gérer le circuit avec une vocation économique. Plusieurs candidats se sont déjà manifestés pour exprimer leur volonté de reprendre la gestion du circuit tout en gardant à l'esprit que la ville d'Albi restera propriétaire du site.

Le circuit d’Albi étant obligé d’intégrer les contraintes environnementales auxquelles il est soumis en raison de sa proximité avec la ville (douze journées dites "bruyantes" par an au maximum), le circuit devra diversifier son activité pour être viable, une préoccupation que la ville et ses partenaires portent depuis plusieurs années. Pour pérenniser le circuit, l’idée est de le réorienter vers des activités économiques dédiées en particulier aux énergies renouvelables. Le circuit pourrait constituer un outil permettant à des entreprises de mener des recherches dans ce domaine en utilisant notamment la piste. C’est déjà le cas de la société SAFRA qui profite déjà du circuit pour certains tests d’homologation de son produit phare "Businova". Plus largement, le circuit pourrait également accueillir différentes manifestations dont l'intérêt sera présenté prochainement.

Une autre point important est la présence sur un même site du Parc des Expositions, de l’aérodrome et du circuit : un atout non négligeable qui pourrait donner lieu à de nouvelles synergies. Une étude prospective a d’ailleurs été menée cette année à l’initiative du Syndicat mixte de l’aérodrome pour développer l’activité aéronautique. L’étude portait sur les stratégies à définir dans ce but et incluait les liens entre les trois entités. Parmi les pistes de développement, l’activité ''drones'' a été évoquée.

La ville d'Albi se donne comme délai le mois de mai 2015 pour relancer le circuit tout en souhaitant réaliser quelques aménagements et travaux d’entretien (indispensables pour organiser de nouvelles compétitions) pour répondre aux préconisations émises par la commission d’homologation.

Le circuit accueillera le Tour de France automobile le 28 avril. La plus ancienne épreuve de compétition (encore en activité) créée en 1899 par l’Automobile Club de France fera étape à Albi. L’ASA et le MCCA ont d’ores et déjà sollicité leur fédération respective pour l’inscription du Grand Prix et du Superbike dans le calendrier des compétitions sportives.

© 2019 - Super Trackday. Tous droits réservés. Photographie : Alexis Goure | Mentions légales | crédits | Contact | Partenaires