Super TrackDay > Circuits automobiles > DIJON-PRENOIS
DIJON-PRENOIS
INFOS
Close
MEILLEUR TEMPS
1'05''257 (F1 - A.Prost)
  • Longueur : 4180 m
  • largeur : 10 à 23 m
  • Altitude : 480 m
  • FIA : Grade 2
  • FFSA : Compétition
  • Niv. sonore : 100 db (+/- 2 dB)
Cliquez et déplacez pour recadrer
Utilisez la molette pour zoomer
Légende
Close
PILOTAGE
  • Trajectoire optimum
Point de corde
PISTE
Vibreur / moquette
Protection
Bac à Gravier
Entrée Pitlane
Sortie Pitlane
Bosse
Creux
Partie glissante
  • 1
    DOUBLE DROIT DE VILLEROY

    Cette courbe est située au bout de la ligne droite dite de la "Fouine" d'où l'on arrive plein gaz (270 à 280 km/h pour les plus rapides).

    Note : d'après les archives de la Direction du circuit, c'est l'italien Elio de Angelis (ancien pilote de F1 tristement décédé en essais privés au Paul Ricard en 1986) qui aura atteint la plus importante vitesse de pointe jamais enregistrée au bout de la ligne droite de la Fouine : 296,622 km/h lors des essais de F1 du Grand Prix de France en 1984.

    On peut trouver deux voire trois types de trajectoires sensiblement différentes dans la première partie de ce Double Droit jugé très technique. Elles auront toutes les trois en commun le fait de freiner très puissamment en prenant la passerelle "bleue" enjambant la piste comme point de repère. Cette passerelle est clairement représentée sur le dessin ci-contre.

    On restera le plus possible sur la gauche de la piste et au fur et à mesure de l'aisance de pilotage que l'on prendra sur le circuit, on repoussera le point de freinage le plus loin possible au bout de cette ligne droite : d'abord en le faisant coïncider avec le passage de passerelle puis en le faisant reculer petit à petit. Les pilotes de voitures aiguisées et légères comme les Radical, Norma, Ligier, BRS et autres protos finiront par freiner au panneau "50" tandis que les pilotes de voitures sensiblement plus lourdes comme par exemple une Porsche GT3 RS monteront sur les freins à partir de la passerelle jusqu'au panneau ''150''. Tout cela bien évidemment sur piste..."sèche" et avec de bons pneumatiques !

    Porter tôt son regard vers un premier point de corde que l'on ''frôlera'' dans le début de cette courbe qui affiche rapidement un dévers négatif.

    Dépasser sensiblement la partie médiane de la courbe avec l'objectif de reprendre la corde dans la seconde partie de la courbe : veiller à un angle de braquage et un solide filet de gaz sans à-coups pour ne pas détabiliser l'auto dans cette partie très piégeuse.

    La courbe s'ouvre dans la seconde moitié et l'on pourra reprendre du gaz en prenant garde de ne pas perdre trop de grip et partir à la faute. On accélèrera au passage du second point de corde en traversant la piste pour aller chercher le vibreur à gauche qui suit, initialement masqué par une bosse.

    On roulera sur le premier tiers du vibreur mais surtout pas au-delà car il monte très rapidement au-delà et pourrait dégrader vos pneumatiques gauche (sans parler du déséquilibre engendré)

    Note : le bon enchainement du Double Droit de Villeroy conditionne le duo "trajectoire / vitesse optimale" dans le ''S des Sablières'' qui suit.

  • 2
    ''S'' DES SABLIÈRES

    En passant le premier virage à gauche synonyme de descente, on passera en 4 en accélération constante et l'on visera immédiatement la fin d'un premier vibreur à droite en gardant sensiblement la corde ensuite pour un point de corde tardif à la moitié du second vibreur.

    On visera à la sortie du ''S'' le milieu de piste au loin pour être idéalement positionné à l'approche du ''Gauche de la Bretelle''.

    Note : attention au dosage de l'accélération dans cet enchaînement qui se termine en descente ! Tout ''soulagement'' intempestif et trop rapide peut se terminer dans le bac à graviers à gauche.

  • 3
    GAUCHE DE LA BRETELLE

    Virage gauche très technique en descente et en dévers, assez dangereux : attention !

    On arrive en pleine accélération des ''S des Sablières'', au milieu de la piste. Freiner très fort et bien en ligne en prenant garde aux bosses présentes sur les premiers 200 mètres. Passage en 3 et on va chercher loin l'angle de braquage pour virer vers un point de corde initialement invisble car situé à la fin du vibreur. La corde du virage se prend dans sa moitié.

    Note : ne pas déséquilibrer l'auto en relâchant les freins trop brusquement. Garder au contraire un peu de frein pour maintenir de la charge sur le train avant afin d'aider la voiture à virer.

    La trajectoire doit être très précise dans cet enchaînement, et l'erreur majeure serait de partir à l'attaque trop tôt en risquant de partir à la faute.

    Au passage du point de corde, débraquer immédiatement dans une accélération progressive : le risque de souvirage est important et le rail de protection situé à droite est relativement proche.

    Note : attention à ne surtout pas monter sur le vibreur bien trop épais à cet endroit !

    Passage en 4 avec l'objectif de prendre un peu de vitesse dans la portion rectiligne menant à la ''Parabolique''.

    On se repositionnera sur la gauche de la piste.

  • 4
    LA PARABOLIQUE

    Freinage en ligne sur la partie gauche de la piste en allant le plus possible au fond de ce virage relevé jusqu'à la limite extérieure de la piste qui offre un très bon grip.

    Passage en 3 puis enrouler la courbe sur un filet de gaz constant en restant à l'extérieur du virage jusqu'à sa moitié et en visant du regard le plus tôt possible un point de corde situé à la fin du vibreur intérieur.

    Reprendre une accélération extrêmement progressive tout en débraquant très large. Au passage du point de sortie - dès que les roues sont droites -, plein gaz pour une remontée d'abord en aveugle avec un passage en 4.

    On se repositionne sur le côté droit de la piste.

  • 5
    COURBE DES GORGEOLLES

    A l'issue de la montée depuis ''la Parabolique'', la Courbe des Gorgeolles est un double Gauche demandant une grande finesse de pilotage qui débute par un point de braquage en 3 à la fin du premier vibreur à droite en visant un premier point de corde dans le milieu du virage à gauche.

    On va ensuite frôler le vibreur extérieur proche du raccordement à droite en enroulant par la gauche sur un filet de gaz. On va chercher du regard un point de passage qui passe à environ 1 mètre à droite du second point de corde situé à peu après le milieu du vibreur.

    Note : L'erreur commune en GT est de vouloir passer sur ce second point de corde à gauche. Ceci aurait pour conséquence un retard dans la sortie de cette courbe et donc en toute logique...une perte de temps !

    On ressort très large en accélérant sur la partie extérieure de la piste.

  • 6
    BOSSE DE LA DESCENTE DE LA COMBE

    Freinage bref au sommet de la bosse en longeant le vibreur de gauche avant. Tangenter le vibreur quasiment jusqu'à la fin de celui-ci avant de translater vers le droite en visant le vibreur intérieur qui redescend vers le virage de la Combe. 

  • 7
    VIRAGE DE LA COMBE

    On reste en 4. Virage important car il est nécessaire de sortir avec la meilleure vitesse pour attaquer l'arrivée dans ''Pouas''.

    Le virage de la Combe est une sorte de 90 degrés droit en descente et légèrement ouvert en sortie.

    Le point de corde est situé à la fin du vibreur. Au passage du point de corde, gaz avec un solide débraquage sans toutefois  utiliser  le vibreur extérieur qui est relativement haut !

    Note : le tracé est toujours en decente depuis la bosse de la Combe vers Pouas.

  • 8
    COURBE DE POUAS

    ''La'' courbe de Pouas est le moment fort de Dijon Prenois. Il s'agit d'une très longue courbe à droite très technique, très rapide et...dangereuse ! Je vous conseille vivement de vous faire coacher avant de décider de partir vous "promener dans Pouas" à vitesse élevée...

    Note : les sorties de piste dans le milieu et la fin de Pouas se finissent souvent par de la casse. Soyez prudents.

    La force centrifuge est importante au fur et à mesure de l'accélération et une longue bosse vient délester l'auto au milieu de cette courbe.

    On entre dans ''Pouas'' en restant très à l'extérieur et sans lever le pied de l'accélérateur jusqu'au début du bac à gauche (excellent point de repère pour le point de braquage) depuis lequel on va braquer vers un point de corde à l'intérieur tout en soulageant sensiblement l'accélérateur  : de cette façon on tranfèrera de la charge sur le train avant pour redonner un peu plus de grip.

    Au passage du point de corde et à l'accélération, ne pas être avare en débraquage : se laisser déporter vers l'extérieur gauche et profiter de chaque centimètre de la piste.

PAROLES
D’EXPERTS
  • Soheil Ayari

    Dijon-Prenois fait partie de ces circuits européens où le cocktail "tracé + environnement" est des plus savoureux. Il y a bien sûr Spa et le Nurburgring dans les références absolues, mais le circuit de Dijon-Prenois est sans aucun doute dans le top 5 du pilotage "100 % plaisir".

    Circuit très rapide mais assez piégeux où il vaut mieux avoir été coaché pour éviter de se faire peur. Le tracé est vraiment intéressant pour s'entraîner...

  • Sébastien Buemi

    Le circuit de Dijon Prenois est majoritairement rapide avec une très longue ligne droite et de grandes courbes qui ondulent au gré des reliefs du terrain. La courbe de Pouas est un des juges de paix les plus impressionnants des circuits français !

  • Olivier Pla

    Circuit extrêmement rapide avec une topographie des plus intéressantes. Très exigeant en matière de pilotage avec un tracé varié à souhait. Attention à la sortie de "Pouas" et à celle du "Gauche de la Bretelle". Dans les deux cas, excès de vitesse et précipitation peuvent vous faire finir dans un décor peu...avenant !

  • Emmanuel Collard

    Un tracé vallonné et ultra-rapide qui demeure une référence en Europe ! "Pouas" est sans aucun doute le moment fort du tracé.

  • Romain Dumas

    Une partie importante de l’histoire du sport automobile français fut écrite à Dijon-Prenois. Le circuit bourguignon a été le théâtre de nombreux Grand Prix de France de Formule 1 (et de deux Grand Prix de Suisse). L’édition 1979 est restée particulièrement célèbre avec la première victoire du turbo en F1 grâce à la Renault de Jabouille et au fameux duel Arnoux-Villeneuve ! Le tracé est extrêmement rapide et propose propose un bon niveau de grip.

Infos et points d'intérets autour du circuit

PARTAGEONS NOTRE PASSION DU PILOTAGE !

AUCUN COMMENTAIRE
ECRIRE UN COMMENTAIRE
© 2018 - Super Trackday. Tous droits réservés. Photographie : Alexis Goure | Mentions légales | crédits | Contact | Partenaires